Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 février 2014

Puisque rien ne dure/ L'Ecriture et la vie de Laurence Tardieu.

DSC_0326.JPG

Ma première rencontre avec Laurence Tardieu. Cette volonté tout à coup, essentielle, de découvrir tout ce qu'elle a publié à ce jour. Lire en parallèle sa dernière publication L'Ecriture et la vie, publié aux éditions des Busclats.

Ce texte bref porte à la lumière toutes les interrogations de l'auteur sur son rapport à l'écriture. Depuis la publication de son dernier livre La Confusion des peines , Laurence Tardieu ne parvient plus à écrire: les mots sont des coquilles vides.

 

DSC_0341.JPG

 

 Deux ans d'absence, de repli avec pour remède les lectures d'Annie Ernaux, Virginia Woolf, Agota Kristof, Charles Juliet et Modiano...parmi tant d'autres.

C'est un journal intime extirpé du silence, publié grâce à la complicité de Jean-Marc Roberts, son éditeur, qui lui souffle le titre.

 Laurence Tardieu s'interroge vivement sur sa paralysie littéraire et revient sur chacune de ses publications. Elle nous confie sa saison en enfer depuis La Confusion des peines, texte qui retrace la disparition de sa mère et la condamnation de son père pour des affaires fallacieuses. Ce père qui porte des mots très durs sur ce livre, publié pour des raisons pécuniaires, à son sens. Figé, l'auteur. Silence.

  La préface de Jean-Marc Roberts d'une grande élégance souligne la beauté du propos dans ce mince journal. L'évocation du désir comme la source de l'écriture est analysée pour chacun de ses textes: d'une histoire mise en scène dans Puisque rien ne dure, une volonté  essentielle de livrer une histoire simplement, puis peu à peu au fil des textes ce désir de renouer avec soi, tendre vers l'autobiographie. Ce genre où l'auteur est partout, au dehors et en dedans du livre. La Confusion des peines:récit rétrospectif de trop? Peut-être...l'auteur s'interroge.

Les paroles des lecteurs feront écho à ce malaise. La situation narrative induite par l'attitude autobiographique impose le passé comme temps dominant. Désormais, l'auteur se tourne davantage sur le temps présent: une narration contemporaine, une description plus objective. Voilà ce à quoi aspire l'auteur.

Une jolie quête lumineuse des mots qui m'invite encore plus ardemment à lire les autres textes de Laurence Tardieu et ses futures publications, je l'espère. Une plume libre, légère, sobre et envoûtante dans Puisque rien ne dure, beaucoup de délicatesse dans la narration.

L'auteur fait preuve d'une grande générosité en nous livrant sa réflexion sur l'écriture. Une marche délicate vers la légèreté des mots.

 

ob_dd381b_2471180-lettre-au-pere-jpg.jpeg

 

"La vie d'ailleurs n'est pas une histoire. Elle n'est pas un fil que l'on déroule avec un début, un milieu, une fin. Au même moment, ma vie se délitait et s'ouvrait. Plus rien ne tenait. Je n'étais plus sur un fil. Je sautais de pierre en pierre au-dessus d'un abîme."

 

Commentaires

je l'ai enfin ! lecture demain !!!

Écrit par : clara | dimanche, 09 février 2014

Une gestation difficile pour ce livre. Tu me tentes.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | lundi, 10 février 2014

Je suis une fidèle de l'auteur. J'aime son écriture sincère, sa poésie douce... Je suis fan, totalement. Je viens d'acquérir L'écriture et la vie, je devrais le lire très vite normalement...

Écrit par : L'or des chambres, L'or rouge | mardi, 11 février 2014

C'est tjs inspirant et enrichissant de découvrir les maux et réflexions intérieures des auteurs. Comme quoi, tout n'est pas si simple...

Écrit par : Laeti | lundi, 03 mars 2014

Les commentaires sont fermés.