Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 mars 2014

Sofia s'habille toujours en noir de Paolo Cognetti.

DSC_0008.JPG

Roman kaléïdoscope où en dix nouvelles, le romancier italien recompose l'histoire d'une famille italienne par le prisme de ceux qui la compose: Sofia,, jeune fille insaisissable toujours vêtue de noir, Rossana la mère maniaco-dépressive et Roberto, ouvrier chez alfa roméo, le père malade de la vie et du travail.

Le roman s'ouvre sur le couple Rossana et Roberto: ils s'aiment, se déchirent et trouvent en la fuite un remède à leur désamour. Roberto, ingénieur mécanicien incarne l'homme italien dans toute sa splendeur, de sa quête permanente de réussite, de la femme idéale jusqu'à l'invitation inopinée dans son corps d'une bombe à retardement qui le ronge.

Paolo Cognetti excelle dans l'art du nouvelliste pour retracer la vie de Sofia mais tout l'intérêt réside dans les non-dits des saynètes.Absence de chronologie, les récits courts proposent une palette impressionniste de cette vie italienne.

La multiplication des focalisations, des lieux, des instances narratives peuvent dérouter mais on reconstruit assez aisément le fil d'une vie.

Ce roman est à sa manière une jolie illustration d'une chanson d'Alex Beaupin "Vite" car c'est la vitesse des événements qui surprend le lecteur par le biais des ellipses narratives où chaque mot revêt une grande profondeur.

Et Sofia alors? Elle devient comédienne, une jolie mise en abyme du livre lui-même. Elle est le personnage solaire de tous ces figurants du roman.

"Tu promènes tes identités telles de petites soeurs bagarreuses". Jeune fille anarchiste, Sofia devient le point d'interférence entre sa colère, celle de l'Italie, de l'Histoire des années de lutte et de plomb.

Paolo Cognetti a un grand talent et manie les mots avec beaucoup d'habileté: sous couvert d'un thème psychologique et sociologique,le romancier propose un roman habilement construit, de manière originale sur une société en difficulté à l'image d'une seule et même personne emblématique du mal de l'époque:Sofia.

Un très beau labyrinthe de mots à découvrir!

Roman traduit par Nathalie Bauer.

En écho:


Alex Beaupain en Télérama répèt' Session (2/2... par telerama

 

Commentaires

J'aime bien l'idée, je note!
bonne soirée!

Écrit par : eimelle | mercredi, 05 mars 2014

Tu verras, il est original!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 07 mars 2014

Tu me tentes, même si je n'aime pas particulièrement m'habiller en noir.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | dimanche, 09 mars 2014

Il ne me reste que les deux derniers chapitres à lire.
Le personnage de Sofia s'impose avec force.
Une belle découverte.
Ton commentaire est très bon, comme d'habitude.

Écrit par : mireille | dimanche, 15 juin 2014

Les commentaires sont fermés.