Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 avril 2014

Funérailles célestes de Xinran.

 

DSC_0886.JPG

 

Les funérailles célestes sont un rite funéraire tibétain qui consiste à laisser reposer un cadavre pour que les vautours, oiseaux sacrés, puissent se nourrir. Geste symbolique de l'union entre ciel et terre, de la fusion entre l'homme et la nature. Sur les plateaux tibétains, la terre est tellement aride que ce rite perdure.

L'histoire commence en 1956 avec la rencontre improbable de Wen et Kejun, jeunes étudiants en médecine.La Chine envahit le Tibet. Les tibétains deviennent les colons de l'armée rouge. Epris d'idéaux, Kejun s'engage dans l'armée comme médecin. Trois mois après son départ, Wen apprend la mort de son mari. Incrédule, elle décide de partir à sa recherche.

On accompagne Wen dans les descriptions où bruissent la lumière et le silence. Le périple de Wen se poursuit dans le vide de l'Himalaya, vers une terre qu'elle ne connaît pas. Recueillie dans une famille de nomades tibétains , Wen accomplit sa quête au rythme des transhumances. Les longues descriptions de cette vie communautaire basée sur la bienveillance au sein du campement et de l'auto-suffisance permettent à Wen de découvrir la spiritualité tibétaine.

Xinran offre un très beau portrait de femme, au-delà de l'histoire réelle. Le récit est d'une grande force, conforté par le plaidoyer pour une tolérance des croyances angéliques de chacun. Le retour en Chine de Wen, qui ne comprend plus son pays est saisissant.

Merci Steph!

Commentaires

J'ai lu ce livre il y a des années, je l'avais trouvé sublime, je le garde toujours précieusement dans ma bibliothèque, il m'avait si enchanté que souvent je me dis qu'il faudrait que je le relise, mais il y en a tellement de nouveaux,tu me donne envie d'en relire au moins quelques passages et qui sait je me laisserais peut-être à nouveau emporter par la beauté et la force de ce récit...

Écrit par : Mingingi | vendredi, 04 avril 2014

Les commentaires sont fermés.