Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt.

10153188_670230463042537_1727258267_n (2).jpg

Je me souviens d'une profonde émotion lors de ma lecture de La Grand-mère de Jade. Ce texte envoûtant avec sa fin très surprenante. J'en voulais presque à l'auteur pour ce rebondissement final.

Très curieuse au sujet de sa dernière publication, mais assez perplexe sur la thématique du surnaturel, je suis entrée à tâtons dans l'histoire d'une jeune femme à la vie bien rangée.

Gabrielle vient d'avoir quarante ans, épouse d'un chirurgien esthétique de renom, elle semble vivre une vie paisible de petite bourgeoise avide de parisianisme et consumériste assumée. Le portrait de cette femme est aux antipodes de ce qui me séduit ordinairement. Un coup de fil d'un notaire de province va bouleverser la quiétude  de son quotidien. Elle devient l'héritière d'une bâtisse à l'abandon dans la France profonde, au coeur d'une forêt.

Citadine confirmée, Gabrielle n'a de cesse que de vouloir se débarrasser de ce bien immobilier. La contrainte des démarches administratives lui pèse et non sans humour, Frédérique Deghelt distille des propos assez acerbes sur la vie à la campagne. Sauf que la forêt surprend Gabrielle et au coeur de la bâtisse, elle semble habitée par des réminescences du passé, de pâles fantômes viennent peupler ses rêves. 

C'est un joli roman sur le thème du bouleversement, sur la quête de soi. Le cheminement de Gabrielle évolue du monde de l'apparence à celui de la vraisemblance. Cette quête, peuplée de fantastique, n'en souligne que davantage la mièvrerie d'une vie bourgeoise. 

Beau moment de lecture, à savourer par petites touches, tant l'écriture mime l'élan poétique."C'est pourtant le principe de toute découverte que de commencer par naviguer en terre inconnue. Comment découvrir quoi que ce soit sans aller dans la direction de l'impossible ?"

 

Commentaires

  • Et voilà ! Tu as aimé aussi. :-)

  • Exactement comme toi, le début est tout ce que je n'aime pas. J'espère que le bouleversement est important,sinon je risque de m'ennuyer. Mais j'ai déjà noté cet auteur (grâce aux blogs) et pour d'autres titres. Un jour je la lirai.

  • une auteure que j'apprécie, pas encore lu celui-là, il est dans la liste d'envies!

  • Je suis vraiment réticente car le surnaturel et moi, ça fait deux.

  • C'est un roman que j'ai plus vécu que lu. En plus, j'ai eu la chance d'assister à une conférence de Frédérique Deghelt juste avant de m'y plonger, et c'était fascinant !

  • Bien envie de relire cette auteure du coup...

  • Je viens de publier mon billet, et on a le même ressenti. J'étais réticente quant au thème au départ et finalement le roman est bien mené, ça m'a beaucoup plu.

  • Quelle jolie photo d'illustration !
    Sinon ce livre me tente, bien entendu.

  • Gabrielle est antipathique, mais après avoir entendu sa "créatrice" ,je lirai le roman quand il arrivera en biblio.
    Le pire (façon de dire), c'est que Frédérique Deghelt était convaincue et convaincante mais je ne "sens" toujours aucun signe d'entité !!

  • Compris, je vais sauter d'urgence sur ma bibliothèque en rentrant chez moi ce soir!!

  • J'ai apprécié cette lecture mais je l'ai trouvé un peu répétitive tout de même. Beaucoup d'introspection et l'intrigue un peu délaissée (certains détails auraient mérité qu'on s'y attarde : les lettres anonymes, l'explosion de la télé qui n'existe pas...)

  • Bonjour, j'aurais peut-être dû rencontrer l'écrivain avant de me plonger dans ce roman car j'avoue être restée perplexe devant le thème choisi. C'est surprenant. Sinon, j'ai trouvé la lecture très facile, c'est bien écrit. Après, je conseillerais pas ce roman spontanément à quelqu'un. Bonne fin d'après-midi.

Les commentaires sont fermés.