Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 juin 2014

Le Calme retrouvé de Tim Parks.

 

parks.jpg

Roman, récit, témoignage...difficile de classer ce texte de Tim Parks. L'auteur utilise avec brio l'ironie pour évoquer l'angoisse de la maladie. Loin du mouton de Panurge qui boit les paroles de la médecine traditionnelle sans se poser de questions, Tim Parks élargit le champ des possibles face à cette douleur pelvienne  chronique.Je ne pensais pas être séduite par le récit d'un homme sur ses déboires avec sa prostate! Et pourtant...

On suit l'homme dans ses péripéties nocturnes et ses douleurs envahissantes. L'auteur nous emporte littéralement avec beaucoup d'humour dans des situations ridicules et parfois embarrassantes mais il ne se résigne jamais face au corps médical. Toute son abnégation surgit dans une quête fructueuse de recherches médicales sur internet. Un récit sans concession servi par un humour vivifiant.

La douleur chronique le mène sur la voie du yoga et de la méditation.Ces pratiques le portent vers une réflexion profonde sur ses choix de vie et c'est indubitablement la partie du récit qui m'a le plus séduite.

L'auteur oscille entre résignation face à la maladie et la volonté de lui échapper.

Beaucoup d'autodérision chez Tim Parks, un peu à la manière de Daniel Pennac dans Journal d'un corps.

Récit d'une grande précision analytique sur soi relié à la dimension littéraire où l'auteur convoque Beckett, Thomas Hardy ou Coleridge.

Texte  publié chez Actes Sud, traduit de l'anglais par I. Reinharez, lu dans le cadre du Mois Anglais juin 2014

10275930_573439692774855_4106735974980450703_n.jpg

 

Commentaires

Je l'ai laissé au milieu il y a déjà un moment, j'étais un peu submergée par tous les ennuis médicaux, mais je compte le reprendre.

Écrit par : Aifelle | lundi, 09 juin 2014

L'auteur découvre la méditation et le yoga, c'est ça ?

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mardi, 10 juin 2014

@ Aifelle: La première partie est un peu longue, j'ai souvent dit "mais il me saoule avec sa prostate" et puis petit à petit, j'ai bien aimé son analyse fine , sa curiosité vers des pratiques diverses.
@Alex; oui et c'est plutôt surprenant et riche de sens. Il fait preuve de bon sens et de discernement sur les pratiques tels que le yoga et la méditation. Comme je pratique, j'étais curieuse de confronter les points de vue.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 10 juin 2014

il me tente depuis longtemps...

Écrit par : lucie | samedi, 21 juin 2014

Celui-ci aussi devrait me plaire.
Je vais arrêter là la lecture des billets sinon ma PAL va exploser surtout que je vais demain en librairie.
Bonne soirée.

Écrit par : Philippe D | mardi, 02 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.