Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 novembre 2014

Petits oiseaux de Yôko Ogawa, traduit par Rose-Marie Makino-Fayolle.

photo.JPG

 Une famille japonaise composée des parents et de leurs deux fils. L'aîné ne parle pas. Son cadet comprend son langage qu'il nomme "le pawpaw", nom des sucettes collectionnées par le cadet. Sur les papiers colorés des délices sucrés sont dessinés des oiseaux. Le "pawpaw" c'est la langue des oiseaux. L'aîné passe son temps à observer les oiseaux dans la volière d'une cour d'école. A la mort des parents, le cadet va prendre soin de son frère et perpétuer le chant de l'infiniment petit, des rituels quotidiens qui rassurent son frère. Rendre visite aux oiseaux, les observer longuement, se rendre à la pharmacie pour acheter quotidiennement les précieuses sucettes, simuler des départs et se réjouir de leur organisation. Mais des départs il n'y en a que très peu sauf l'ultime à la mort du frère aîné tant aimé. Economie des mots dans la langue "pawpaw" mais des traces visibles de son passage laissent une empreinte sur le grillage de la volière comme une mise en abyme de l'existence fragile et éphémère de l'homme.

L'aîné n'a pas été longtemps présent mais sa différence le fait briller dans les yeux de son petit frère. Ce frère aîné est comme un météore dont on se souvient longtemps. Chaque jour qui succède à la mort du frère ne s'écoule sans les réminiscences de la présence singulière du grand frère, aussi infime qu'un pépiement d'oiseau, aussi poétique qu'une fable moderne.Et si le bonheur simple réside en dehors des mots? Sublime roman chez Actes Sud.

 

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03 (1).png

 

Commentaires

Je suis moins enthousiaste que toi, mais j'ai bien aimé

Écrit par : Hélène | lundi, 17 novembre 2014

Tu avais lu d'autres romans d'Ogawa? Mon préféré reste Les Tendres plaintes.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 17 novembre 2014

J'adore Yoko Ogawa, il va falloir que je lise celui là !

Écrit par : Marion | mercredi, 19 novembre 2014

Et bien que d'émotions, cette histoire a l'air triste et belle. Je suis curieuse quand même de voir le style de l'écriture.

Écrit par : Louise | jeudi, 20 novembre 2014

Il me tarde d'avoir le temps de le lire :)

Écrit par : Stephie | vendredi, 21 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.