Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 décembre 2014

A ce stade de la nuit de Maylis de Kerangal.

DSC_0642.JPG

....

A ce stade de la nuit, c'est comme un murmure. Nous sommes dans l'espace de la cuisine. La narratrice est assise sur une chaise à la table de cuisine. Seule la voix à la radio rompt le silence comme "un filet sonore qui murmure dans l'espace". Une tragédie sinistre a eu lieu ce matin. Comme une coulée de lave brûlante plongée dans la mer, le nom de Lampedusa pénètre le voile fibreux de l'espace temps.

"un bateau venu de Libye, chargé de plus de cinq cents migrants, a fait naufrage ce matin à moins de deux kilomètres des côtes de l'île de Lampedusa; près de trois cents victimes seraient à déplorer."

Comme un écho au roman de Margaret Mazzantini La Mer, le matin , ce court texte de Maylis de Kerangal fait retentir le souffle court de ceux qui bravent la mort en quête d'un salut.

La narratrice semble méditer au coeur de la nuit sur la chute du baroque italien, des années de luxe et de richesses en évoquant le film de Visconti, Le Guépard, adapté du texte de Giuseppe Tomasi di Lampedusa.Burt Lancaster icône du cinéma, à la fois prince et migrant incarne au coeur du texte la puissante chute de la transcendance.

Lampedusa...cette île comme le point de rupture entre les richesses matérielles et le dénuement des autres et sur ses berges des hommes par centaines laminés par leur périple...

Editions Guérin/ Fondation facim.
Merci Sabine.

Commentaires

Je le note car j'apprécie tout particulièrement l'écriture de Maylis de Kerangal.

Écrit par : Titine | mardi, 16 décembre 2014

Pour l'instant je doute que l'écriture de Kerangal soit faite pour moi... Dommage...

Écrit par : Noukette | lundi, 22 décembre 2014

Un livre court qui pourrait me réconcilier avec l'auteure, sans doute.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mardi, 23 décembre 2014

Je n'ai jamais osé cet auteur... peut-être avec ce roman, sait-on jamais.

Écrit par : Karine:) | dimanche, 28 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.