Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 janvier 2015

Une photo, quelques mots... atelier d'écriture chez Leiloona sur une photo de J. Ribot.

 

gare.jpg

....

J'ai deux mois, je suis blottie contre le sein de ma mère. Cette femme en guenilles, au regard sombre qui marche depuis les rives du Danube pour un avenir meilleur pour moi.

J'ai deux mois et je m'appelle Francesca. Je ne possède rien sauf la richesse de mon sang, celle de ma culture et de mes traditions. Petite fille du vent, aleko , peuple libre et insouciant. Nichée contre la poitrine maternelle, j'erre de bidonvilles en halls de gare. Je suis bercée par le pas des gens pressés. Parfois, un cliquetis tintinnabule dans la tasse posée sur le sol, aux pieds de ma maman.

"multumesc" dit maman face à la promesse d'une miette de pain, d'un liquide chaud dans son corps refroidi, contre le mien, glacial.

Face à mes pleurs incessants, de faim et de froid, maman chante des berceuses tsiganes. C'est elle qui a la parole, pour une fois. Souvent, elle se tait face aux gadjés.

De sa voix douce éclot une parole pleine de sagesse, de spontanéité et de liberté.

"joj mamo, joj mamo

De man pani, mamo

De man pani"

("Oh maman, oh maman, Donne-moi de l'eau maman, donne-moi de l'eau")

Donne-moi de l'eau maman, maman donne-moi ta bénédiction pour partir de ce monde où l'on ne veut pas de nous.

Il souffle un vent glacial dans le hall de la Gare Lille Flandres ce matin du premier Janvier 2015. Eteignez donc les lustres, les feux pour ne pas éblouir les yeux de l'enfant qui s'éteint.

"Oj, da nie buditie tumen man maladova

Oj, da paka solnïska, Rromalen, nie vzajdot"

(" Oh ne me réveillez pas, moi le tout petit, Oh les Roms! Tant que le soleil ne se lève pas")

J'avais deux mois, je m'appelais Francesca et je suis morte au premier jour de l'an 2015, dans une gare du Nord de la France.

 Nane Chave, nane baxt.

Pas d'enfants, pas de bonheur.

Commentaires

Triste cette fiction qui n'est que réalité...

Écrit par : Stephie | lundi, 05 janvier 2015

Triste et bouleversante réalité qui m'a ébranlée...

Écrit par : Mirontaine | lundi, 05 janvier 2015

fort ce texte...

Écrit par : lucie | lundi, 05 janvier 2015

Merci Lucie, je reste émue et impuissante.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 05 janvier 2015

Donner la parole aux oubliés, c'est important. Merci de le faire car comme le dit Stephie, c'est une triste réalité.

Écrit par : saxaoul | lundi, 05 janvier 2015

Quand j'ai vu cette photo de quai de gare je ne pouvais taire l'histoire de ce bébé...

Écrit par : Mirontaine | lundi, 05 janvier 2015

J'aurais aimé écrire un texte comme le tien. J'aurais aimé lui rendre cet hommage à Francesca, lui donner une sepulture de joie, un air de liberté. J'aurais aimé te dire que ton texte est magnifique et qu'il m'a fait couler cette larme qu'il coule si facilement de mon œil droit.
J'aurais aimé te dire tout cela. Je me suis tue. Je ne méritais pas de parler devant tes mots qui nous rappelle tant de cruauté humaine.

Touchée-coulée.

Écrit par : sabine | lundi, 05 janvier 2015

Je suis très touchée par ton émotion face à ce court texte...

Écrit par : Mirontaine | lundi, 05 janvier 2015

Plus de mots, alors je mets une chanson que tu connais bien ...

https://www.youtube.com/watch?v=uybZwvkq0js

Lhasa et Bratsch ...

Tout est dit.

Écrit par : Leiloona | lundi, 05 janvier 2015

Si triste et pourtant ce sont des situations qui se produisent réellement.

Écrit par : Pierre Forest | mardi, 06 janvier 2015

Chez toi aussi, c'est une tragédie qui se joue. Un très beau et très touchant texte, merci.

Écrit par : Titine | mardi, 06 janvier 2015

une rose blanche pour un ange, vibrant hommage à cet enfant

Écrit par : 32 Octobre | mercredi, 07 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.