Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 février 2015

Eben ou les yeux de la nuit d'Elise Fontenaille-N'Diaye.

DSC_0668.JPG

...La Namibie, c'est là où Eben vit. Eben s'interroge souvent sur la couleur de ses yeux. Sa peau noir de jais contraste avec la clarté de ses yeux bleus.La lumière de son iris révèle pourtant la noirceur de son passé. 

Autour de lui, on s'apprête à fêter la Nuit Rouge, en l'honneur des Hereros.

Eben signifie "Pierre de mémoire". Ce devoir de mémoire que les Blancs de Namibie préfèrent taire.

Le désert du Kalahari emporte avec lui ses secrets. C'est Isaac, l'oncle d'Eben et son tuteur depuis la mort mystérieuse de ses parents, qui brise le silence sur la colonisation de la Namibie. Elise Fontenaille N'Diaye évoque le premier génocide, précurseur de l'horreur, sous l'égide du général allemand Von Trotha, l'homme aux yeux bleus. 

L'ignominie s'inscrit dans l'iris d'Eben mais pas dans l'esprit des gens.Les faits sont tus, le feu des massacres s'essouffle et plus rien ne demeure de cette terreur. Eben souhaite raviver la flamme en l'honneur des hommes noirs de la tribu des Herreros, et porter à la lumière cette barbarie du début du XXème siècle.

Comme très souvent dans les textes d'Elise Fontenaille N'Diaye, la puissance du récit emporte le lecteur sur la découverte d'un fait peu connu. Elle distille des pépites d'éveil et d'intérêt et attise la curiosité sur les noirceurs de notre société. Il faut garder des traces du passé, nous susurre l'auteur.

En parallèle, l'auteur publie chez Calmann-Lévy Blue Book qui raconte la même histoire mais d'un point de vue différent. Elle relate l'histoire de la colonisation de la Namibie par les Allemands et le génocide qui s'ensuit.

Publication Rouergue, dans la subtile collection Doado, janvier 2015.

 

Commentaires

merci mirontaine ! bise ( elise

Écrit par : elise | jeudi, 05 février 2015

Les commentaires sont fermés.