Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 février 2015

Léna ou la vraie vie de Yaël Hassan.

DSC_0665.JPG

......Léna est malheureuse, mal aimée, mal dans ses pompes, en plein malaise dans sa famille. Elle décide de changer en s'inscrivant dans un pensionnat.Surprenante cette velléité chez l'enfant d'émettre le souhait de quitter l'univers familial. Pour respirer loin des parents? Pour s'amuser entre ami(e)s? Pour s'émanciper? Probablement pour Léna un moyen de fuir un environnement où l'on ne désire pas sa présence. 

Le pensionnat n'offre pas le réel cocon souhaité, certes il apporte de belles amitiés mais il propose à Léa de se confronter à la perfide Marine. Jeune fille pernicieuse, capricieuse et envieuse, Marine, essaie par tous les moyens d'attirer l'attention sur elle, au détriment de la quiétude des autres pensionnaires.

Léna est pleine de sagesse et part du postulat qu'on ne peut être méchant sans raison. Elle tente de comprendre la souffrance de Marine.
Beaucoup de péripéties viennent perturber l'année scolaire de Léa mais celle qui attire le plus mon attention est indubitablement sa résilience face à l'adversité grâce au théâtre.
Comme bien souvent dans les textes de Yaël Hassan, un texte de littérature française ou un auteur est mis à l'honneur. Chez Léna et la vraie vie , c'est Antigone de Jean Anouilh  qui permet à la jeune fille de s'émanciper et se construire.Léna puise sa force dans cette figure emblématique d'Antigone et parvient petit à petit à se dévêtir de sa naïveté pour incarner une jeune femme déterminée.

 

photo.JPG

 

Publication chez Seuil.

Commentaires

Depuis sa venue au collège, je veux lire tout ce qu'elle a écrit...

Écrit par : Moka | jeudi, 05 février 2015

Les commentaires sont fermés.