Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 février 2015

Le Voyage de Fatimzahra de Kochka.

photo.JPG

Retrouver la jolie plume de Kochka,quel plaisir! J'utilise régulièrement son court texte Caravane avec les enfants comme support d'apprentissages.
L'illustration de Daphné Collignon a attiré de suite ma curiosité sur le parcours de Fatimzahra.

Jeune marocaine de quatorze ans, Fatimzahra vit au bled avec ses parents. Elle lie une amitié sincère avec Ikram. Sa soeur Hayat vit avec Pierre en France. Elle est sur le point de donner naissance à son premier enfant. La famille de Fatimzahra se doit d'être auprès d'elle, comme bien souvent dans les cultures méditerranéennes. Les parents aident la parturiente. Toute la famille se prépare pour le séjour en France.

Un séjour sans retour?

On accompagne l'émerveillement de Fatimzahra à Paris face à la Tour Eiffel, la surprise des us et coutumes françaises et la différence scolaire dans les établissements.

" Et Pierre lui a fait un sapin surmonté d'une étoile, alors que parfois, l'air de rien comme une fine pâtissière, Hayat saupoudre sur lui quelques versets du Coran..."


Kochka souligne la difficulté de l'intégration entre les deux cultures, le bel apprentissage de la langue française grâce aux textes de Victor Hugo et au professeur de français très sympathique, patient et avenant.

C'est un très bon roman sur le thème du partage et de la tolérance.

Fatimzahra, la resplendissante, comme la fille du prophète Mahomet, digne de confiance et de persévérance,est un modèle d'intégration pour tous les enfants, francophones ou non. Ce récit de vie est un très bon support pour les primo-arrivants dans les classes d'intégration.On porte la vie de nos ancêtres en soi; on est rempli de leur histoire et de leur géographie.

Kochka montre à quel point l'apprentissage de la langue est gage d'intégration. 

"C'est sans doute la barrière de la langue dont mon père m'a souvent parlé, et ça dure toute la journée: moi, derrière la barrière de la langue, seule dans la classe, la cour et à la cantine, seule derrière la barrière qui s'est dressée."

 Flammarion, Février 2015.

Commentaires

Merci pour cette gentille critique qui me va droit au cœur.
Kochka

Écrit par : Kochka | mardi, 10 février 2015

J'aime beaucoup moi aussi son écriture, je note ce livre pour mon retour au collège en juin :)

Écrit par : Sophie Hérisson | mercredi, 11 février 2015

Les commentaires sont fermés.