Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 avril 2015

Refuges d'Annelise Heurtier

photo.JPG

Lampedusa , l'île du Salut.

Comme chaque été, Mila jeune adolescente romaine, retourne dans la maison della nonna pour savourer les joies et les plaisirs de l'île. Depuis quelques années pourtant, la maison est désertée, suite au 18 JUillet, date de la mort de son frère âgé de quelques mois. Son papa artisan verrier porte toute la famille à bout de bras, face à une maman mutique et dépressive. Mila a choisi l'internat comme une fuite salutaire pour elle.
Que faire de ces trois semaines dans le huis-clos pesant d'une famille détruite?

Mila décide de parcourir l'île, s'intéresse aux coutumes, aux sourires, elle lâche les amarres du navire familial. Peu à peu, elle se lie d'amitié avec Paola, une jeune étudiante. Une profonde amitié naît entre les deux jeunes filles. Elle flotte un peu au dessus du sol, grâce à cette nouvelle confidente dans ce lieu où les langues frétillent plus que des anguilles.

 Pour Mila, les planètes s'alignent peu à peu...

Sur l'île déserte, elle pense à ce symbole du bonheur ultime alors qu'en réalité, l'isolement et le manque d'espace vous condamnent à vivre enfermé à l'intérieur de vous-même, avec vos pensées.

"J'avais onze ans et c'est la première giffa dont je me souvienne.

J'avais onze ans et c'est la première fois que je me suis posé la question. 

La vie était-elle la même ailleurs, par-delà les frontières de mon pays?"

Cette voix est celle d'Amir 15 ans et 2 mois depuis l'Erythrée. S'ensuivent les nombreuses voix de ceux qui gagnent les montagnes avant le lever du jour et s'y terrent comme le putain d'animal traqué qu'ils sont devenus à l'instant même où ils ont franchi le seuil de leur maison qu'ils ne reverront jamais plus. Un récit choral d'immigrants clandestins fuyant l'Erythrée, en quête de refuge.

Et puis un matin si les Dieux sont avec eux, ils aperçoivent enfin la terre dont ils ont rêvé et constatent qu'elle ressemble en tout point à celle qu'ils viennent de quitter. Ils courent sans un regard sur leur pays qu'ils auraient voulu aimer.Puis ce sable qui s'insinue partout. Les gorges et les yeux qui brûlent.Les formes desséchées qu'il ne faut pas regarder et ce chapelet égréné entre les doigts avec cette prière incessante de ne pas être le prochain.


Lampedusa est un pont entre l'Afrique et l'Europe. Lieu de refuge pour s'attirer la clémence de la mer.Auparavant, avant la loi Bossi-Fini, les villageois laissaient des vivres pour ceux qui s'étaient échoués. Terre de salut, d'hospitalité.

L'Europe c'est la promesse d'une vie meilleure.

Auront-ils la possibilité là-bas de se montrer discrets, laborieux et d'effectuer les travaux dont personne ne veut?

"Je serai heureux de ce qu'on me donnera. Je n'irai pas pour prendre la place de qui que ce soit. J'irai parce que je suis né au mauvais endroit. J'irai parce que j'ai envie de vivre."

Du paradis à l'enfer, tout est question de perspective. Le destin d'une adolescente d'aujourd'hui face au drame en contrepoint de ceux qui rêvent d'une vie meilleure.
J'ai ouvert ce livre et n'ai pu le reposer, la gorge serrée. Annelise Heurtier signe un roman puissant que j'ai refermé avec une profonde émotion doublée d'une grande admiration pour la richesse stylistique et la sensibilité accordée au drame de l'immigration clandestine.

Publication chez Casterman, le 15 Avril 2015.

Commentaires

J'aime quand la littérature de jeunesse ouvre les yeux des ados sur le monde qui les entoure de cette manière. Je le note pour mes élèves.

Écrit par : Saxaoul | jeudi, 09 avril 2015

Envie de lire à mon tour.

Écrit par : Un cahier rouge | jeudi, 09 avril 2015

Voilà qui me tente. Pour les ados, aussi ?

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | jeudi, 09 avril 2015

Comment résister à ça! Un superbe billet, Mirontaine. Je m'empresse de me le procurer. Merci pour la suggestion.

Écrit par : Marie-Claude | jeudi, 09 avril 2015

@Saxaoul: Depuis ce matin, je le conseille aux enfants du bout du monde!
@Tieri, il te parlera, j'en suis certaine.
@Alex: Mille fois oui!
@Marie-Claude: Bienvenue ;) Merci pour les bons mots.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 09 avril 2015

C'est la littérature jeunesse que j'aime... Je ne peux que noter...!

Écrit par : Noukette | vendredi, 10 avril 2015

voià qui me confirme ce que j'en attends! je m'y replonge ce soir, hâte!

Écrit par : lasardine | dimanche, 12 avril 2015

Oh! Je ne pourrai pas passer à côté. Merci!

Écrit par : Marie-Claude | mercredi, 15 avril 2015

Merci pour cette chronique ! J'espère que ce livre sera lu, pour, peut-être, faire en sorte de changer le regard porté sur les migrants.
Amitiés
Annelise

Écrit par : Annelise | mercredi, 15 avril 2015

Votre commentaire me touche et me séduit, Merci. Un livre de plus sur ma PAL !

Écrit par : Violette Le Ven | samedi, 18 avril 2015

Les commentaires sont fermés.