Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 mai 2015

L' Importun d'Aude Le Corff.

aude.jpg

 Une narratrice parisienne , un peu fragile, emménage dans une nouvelle maison, près de la mer. Le stress ingéré depuis l'enfance, le poids du secret et les tensions familiales ont suffi à dévorer l'énergie. Elle se réfugie dans ce nouvel espace, cette bâtisse pleine d'histoires,  hantée par la présence de l'ancien propriétaire, Guy, un homme rugueux et taciturne.

La meilleure protection contre les hommes réside dans le repli et l'indifférence. La femme se mure dans le huis-clos tandis que le vieil homme s'enterre à la cave. Il est question de repli dans ce roman d'Aude Le Corff. Une relation singulière se tisse entre ces deux êtres qui passent à côté de la beauté du monde. Elle manque de confiance et d'énergie pour affronter la rudesse du dehors. La narratrice a choisi de quitter le monde de l'entreprise pour écrire des romans et s'occuper de ses enfants. Son père la juge velléitaire et utilise ces faiblesses contre elle, avec ce besoin de faire mal, de manière inconsciente pour lui faire endurer, ce que lui a subi, enfant.

Des bribes de conversation sont lancées chaque jour entre le vieil homme et la nouvelle propriétaire. Les murs enferment beaucoup de secrets, divulgués petit à petit par l'auteur avec beaucoup de finesse pour analyser les tourments de l'âme humaine.
La résilience prend place dans ce huis-clos à l'ambiance feutrée où les introvertis libèrent les non-dits.

Aude Le Corff attache beaucoup d'importance dans ce roman à la relation père-fille, à cette difficulté de communiquer. Ce sont des paroles dédiées à tous ceux dont les mots restent enfouis au plus profond car leurs yeux sont trop éloignés de leur cœur et la bouche choisit alors d'être close. Pour ne pas entendre les mots, la narratrice se réfugie depuis sa prime enfance dans les livres pour combler une sorte de néant.

Stock, Mai 2015.

Commentaires

Je suis en plein dedans, on s'y sent bien dans ce roman...!

Écrit par : Noukette | mercredi, 27 mai 2015

Je suis très tenté à la lecture de ton avis, et je suis certain d'être cuit après avoir découvert celui de Noukette !

Écrit par : jerome | jeudi, 28 mai 2015

Je viens d'en parler sur Glaz. Un roman subtil et bien mené.

Écrit par : Gwenaëlle | lundi, 01 juin 2015

A chaque fois que je passe chez toi, tout me tente :-)

Écrit par : Marion | dimanche, 14 juin 2015

Les commentaires sont fermés.