Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juillet 2015

68 premières fois...

logo-68.jpg

Pour cette rentrée 2015, je rejoins la belle initiative de Charlotte ( du blog L’insatiable ) qui porte à la lumière les 68 premiers romans publiés.

En partenariat avec Lecteurs.com, Charlotte a proposé à trente cinq lecteurs de lire  les 68 premiers romans français de cette rentrée littéraire.

Au fur et à mesure des parutions de romans, vous retrouverez les avis de lecteurs sur leur blog respectif ou sur Lecteurs.com. Et pour suivre cette belle initiative, rendez-vous sur la page Facebook du projet.

C'est parti pour de belles découvertes et j'apprécie tout particulièrement de porter un coup de projecteur sur de nouvelles plumes.

jeudi, 16 juillet 2015

La Petite lumière d'Antonio Moresco.

 

photo.JPG

Un petit livre jaune, aperçu ça et là, paru chez Verdier, une maison d'édition que j'apprécie tout particulièrement...

Un homme souhaite disparaître et se réfugie dans un hameau désert où il est le seul habitant.

Il observe le monde englouti par l'obscurité.Il a fui un ailleurs difficile que la narration tait mais que l'on devine et l'homme s'offre ce repli. Peu à peu, la nature devient aussi angoissante que le monde des hommes qu'il a fui. Le temps semble suspendu dans l'attente d'une tempête. Les paysages reflètent les maux de l'âme. Les mondes du végétal et de l'animal s'animent et miment à eux-seuls les cycles de la vie.

Et puis au loin cette petite lumière. Source de vie ou de mort? La lumière est celle que l'enfant allume chaque soir, à la nuit tombée pour chasser la peur.A mi-chemin entre la fable et la méditation, Antonio Moresco insuffle le mystère très délicat autour de cette petite lumière avec une puissance imaginaire des plus inspirées.

Fragment d'un écrit plus ample auquel l'auteur s'attelle depuis plus de trente ans, La Petite lumière est un don d'intimité. L'univers est singulier et rappelle le pouvoir de la littérature de s'affranchir des frontières entre rêve et réalité et cette liberté qu'a le lecteur de percevoir entre les mots.

Traduit par Laurent Lombard, Verdier, Décembre 2014.