Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 septembre 2015

Ma Mère, le crabe et moi d'Anne Percin.

percin.png

L'adolescence, n'est pas l'âge le plus simple pour porter un regard bienveillant sur sa mère. Tania, 14 ans et demi, raille un peu les super potes virtuels qui peuplent le désert affectif de sa mère. Il n'est pas simple de dialoguer à cet âge dans une famille ordinaire, il l'est encore moins quand on vit avec une maman solo, quand le frère aîné a quitté la maison et qu'un autre invité s'invite sous le toit: le crabe.

Celui qui s'immisce sous les rochers des femmes, à n'importe quel âge.  Anne Percin utilise cette langue actuelle, celle à laquelle les adolescents peuvent s'identifier et parvient brillamment à manier l'humour pour décrire cette parenthèse singulière dans la vie de Tania et sa mère. La difficulté des traitements, le regard des autres, leur bêtise parfois, la chute des cheveux...tout est commenté mais l'humour et la distance nécessaires permettent de donner à l'ensemble du texte une tonalité joyeuse et positive. L'humour balaie les peurs et les angoisses. Les troubles causés par la maladie sont décrits avec subtilité quand on a passé l'âge de témoigner l'amour envers sa mère par le biais d'un dessin avec des cœurs.

Et puis malgré le tourbillon, l'auteur a voulu montrer que la vie continue, les projets aussi. Des petits bouts de promesses comme participer au cross du collège, tomber amoureuse...montrent à quel point le crabe ne parvient pas à tout stigmatiser.

Ce texte , je l'avais déjà apprécié sous sa forme initiale dans la revue Je bouquine de Mai2014.C'est probablement le texte que j'aurais aimé écrire pour mon fils, j'attends  un peu avant de lui donner à lire car il a encore l'âge des petits cœurs...

percin 1.png

Le roman d'Anne Percin, édité dans la collection Doado chez Rouerge, est partenaire de la campagne officielle de sensibilisation de l'Association "Le Cancer du sein, Parlons-en!".

Merci infiniment Anne Percin,  ces textes sur le vilain crustacé sont de précieux supports lorsqu'on se retrouve démuni(e)s face aux craintes des enfants. Il est formidable de parvenir à mettre des mots, quelques notes d'humour, de poésie et de rage sur ce sujet là.

C'est désormais un cauchemar lointain qui peuple encore mes nuits, dans cette douloureuse beauté mise en scène avec subtilité et pertinence chez Stromae:

 

 

Commentaires

Merci à vous... je comprends très bien pour les cauchemars, et j'espère que votre fils saura toujours faire des petits coeurs

Écrit par : Anne | mercredi, 16 septembre 2015

Le sujet n'est pas facile mais Anne Percin a l'air de s'en être pas mal sortie... Ton article est superbe et donne encore plus envie de découvrir le livre, je l'ajoute à ma liste :)

Le clip de Stromae est, quant à lui, terrifiant mais, selon moi, est une parfaite métaphore du crabe en question (l'araignée lui va bien aussi...)

Écrit par : Valentine | mercredi, 16 septembre 2015

Je vais l'acheter pour mes élèves.... Je viens de découvrir la chanson de Stromae, elle est terrible.... Je t'embrasse.

Écrit par : Saxaoul | jeudi, 17 septembre 2015

je comprends que ce clip ait déjà été autant vu: il est terrible et magnifique !

Écrit par : cathulu | jeudi, 17 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.