Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 février 2016

Voyage à Auschwitz Nikolaï Angelov et Mathieu de Muizon.

photo.JPG

Le récit à hauteur d'enfant. La perception et la sensibilité du petit bout d'homme qui ne veut pas être bulgare car ils sont méchants pour rien et racistes, et ne veut pas être Rom car tout le monde les hait.
Des rencontres opportunes lui permettent de s'intégrer ( Les Enfants du Canal) et montrent à la manière d' Ioanis Nuguet dans Spartacus et Cassandra, la perception enfantine du rejet.
Nikolaï, jeune adulte, s'interroge sur sa condition et celle des victimes du Samadaripen ( ou Porajmos), s'ensuit un profond malaise lors de sa visite à Auschwitz comme une blessure ouverte.
" Quitter son pays est toujours cruel et c'est toujours déchirant. Il faut que ce qui décide de ce départ soit grave, désespérant et sans issue." T. Heuninck.
Avec les jolies illustrations de Mathieu de Muizon où les traits reflètent le désarroi de l'enfant , un très bon dossier documentaire, chez À Dos d'âne, collection Un monde pas à pas.
Et vous souhaite de faire le grand pas pour lire le récit de Nikolai Angelov.

Commentaires

Les sujet sensibles donnent parfois des récits poignants...

Écrit par : Marion | samedi, 27 février 2016

Les commentaires sont fermés.