Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 février 2016

Les Maisons des autres enfants de Luca Tortolini et Claudia Palmarucci.

photo.JPG

"Nous ne quittons jamais les maisons de notre enfance: elles restent toujours en nous, même quand elles n'existent plus, même quand les tractopelles et les bulldozers viennent les détruire."

Ferzan öztepek.

Pour l'enfant, la maison représente à la fois la famille et le moi, l'arbre, la croissance, le rêve, le chemin et la communication.

Dans ce bel album au doux parfum de l'Italie, on s'invite dans les maisons des autres enfants.Celle de Giacomo dans le quartier Monti où toutes les richesses affichées au mur l'empêchent d'avoir son propre refuge; puis celle de Matteo, une maison toute petite dans un quartier populaire où onze personnes vivent dedans.

30_3.jpg

On peut observer dans les illustrations de Claudia Palmarucci les cordes à linge tendues au travers des ruelles où pendent comme les oriflammes les lessives de toute la famille.

Les femmes s'affairent en cuisine, les hommes sont plus oisifs.

La double page offre un plan large pour chaque intérieur puis sur les pages suivantes, la focale attire l'attention sur un détail caractéristique du lieu.

L'utilisation des couleurs chez Claudia Palmarucci sous-entend un enfant qui est libre, les fenêtres représentent l'ouverture sur le mode, qu'il soit imaginaire comme pour Ottavio, qui aime à imaginer les images des films dont il n'entend que la bande-son depuis son appartement au dessus du cinéma L'Amérique, ou encore Lillo et sa maison de vacances où chaque pièce ressemble aux fonds marins.

L'illustratrice offre un souci d'esthétisme dans chaque détail pour intégrer chacune des valeurs familiales.

Chaque maison est un refuge idéal, un cocon protecteur comme la maison de Sindel qui n'est pas une vraie maison "avec des briques, des chambres et tout le reste".

photo 4.JPG

C'est la maison de l'enfant du voyage, une maison avec des roues. Comme une villa qui bouge au gré des envies des fils et filles du vent.Une maison aux fenêtres ouvertes où les familles sont unies et en liberté. Probablement ma maison préférée dans ce très bel album publié en 2016 chez Cambourakis. Chaque maison a une âme secrète, qu'elle soit moderne ou antique, populaire ou luxueuse, en brique ou en paille. Ses murs veillent sur les rires et les rêves de l'enfant, en son coeur.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.