Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mai 2016

Endors-toi Barbara, Arnaud Tiercelin et Bertrand Dubois.

image.jpeg

Je suis entrée dans cet album sur la pointe des pieds, tant l'accompagnement des enfants expatriés fait partie de mon quotidien et il peut parfois devenir douloureux.
Ce témoignage d'une enfant érythréenne propose une réflexion sur nos sociétés, une lecture du monde dans sa réalité et toute sa diversité.
Cet album au texte poétique, poignant, accentué par une œuvre picturale aux illustrations magnifiques et sans facilité, raconte l'innommable commis par des êtres humains.
Tout est raconté à hauteur d'enfant avec une profonde sensibilité, la fillette raconte les enveloppes blanches données aux passeurs, l'atmosphère inquiétante de l'attente près des camions et sa maman qui vide des larmes de son corps.
On lit la grande justesse des peurs enfantines et cette manière si singulière de chasser la peur en se mordant la langue pour ne pas pleurer, en tenant son ventre pour faire taire l'écho du vide en soi, avec une admiration pour parvenir à faire du beau avec du si douloureux.
Tout est figé et démesuré dans l'illustration, à l'image de l'espoir de celle qui se rêve déjà en Angleterre, sous le prénom de Barbara.
Le constat est amer et que peut comprendre un enfant dans ces déchirements aux frontières ?
Endors-toi Barbara, Arnaud Tiercelin, Bertrand Dubois, naïve.

image.jpeg

Commentaires

Il a l'air joli cet album !

Écrit par : Marion | dimanche, 29 mai 2016

Les commentaires sont fermés.