Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 septembre 2016

Frères d'exil de Kochka.

14333702_1188175374581374_7384019490224921221_n.jpg

"Il y a des moments dans la vie où ce qu'on croyait solide s'effondre...

Où que la vie t'emmène, Nani, n'oublie jamais d'où tu viens, mais va!"

Kochka signe un texte sur le pas lent de ceux qui fuient leur île vers une planète meilleure, le pays de nulle part.

Après la tempête qui a inondé l'île, la famille de Nani est courbée sous le poids de la tragédie. Enoha, son grand-père, décide de rester et confie à sa petite fille des lettres afin qu'elle connaisse son histoire.

La famille de Nani fait face aux morsures de la nature. On accompagne ce  long périple de voyageurs, telle une armée silencieuse, visages impénétrables et cheveux de jais.

Quand les lieux habités tremblent sous les forces hostiles, lorsque chez soi devient une tombe, où trouver le refuge?

Kochka propose une histoire bouleversante sur ces dizaines de millions de déplacés qui fuient les cataclysmes naturels (ou pour d'autres, les guerres, les dictatures...) ce grand trou noir où les hommes disparaissent sans que l'on sache qui ils étaient.

C'est une très belle histoire poétique sur la possibilité de fraternité où s'entremêlent les histoires des générations et des familles. La volonté de connaître ceux que l'on identifie sous les chiffres, face aux fermetures guerrières du monde actuel.

Est-il condamnable de chercher ailleurs des opportunités de vie meilleure? C'est avec beaucoup de sagesse que le vieil homme, Enoha, répond à sa petite fille. Les lois de l'hospitalité reprennent vie au milieu du campement, là où ailleurs l'argent domine un monde sans parole ni honneur.

Ce récit d'actualité sur ces générations qui naissent en exil et en misère montre à quel point le monde les blesse mais l'Histoire ne les efface pas totalement.

Flammarion jeunesse, Septembre 2016.

Les illustrations de Tom Haugomat  subliment ce message d'amour et d'ouverture à l'autre.

14212672_1179135378818707_1122680128473326472_n.jpg

 

Commentaires

Je l'ai lu hier soir. C'est effectivement un texte plein de poésie et de tendresse à l'image de l'auteure que j'ai eu la chance de rencontrer il y a une quinzaine d'années.

Écrit par : Saxaoul | lundi, 12 septembre 2016

Tu avais lu son texte sur les enfants du voyage?

Écrit par : Paolina | lundi, 12 septembre 2016

Un vrai bijou ce roman...!

Écrit par : Noukette | lundi, 12 septembre 2016

Très beau billet pour un superbe texte !

Écrit par : Jerome | mardi, 13 septembre 2016

Très jolie couverture.
Très jolie bague.
Très joli verni.

Écrit par : Marion | dimanche, 09 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.