ChocolaT2

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Conversation amoureuse d’Alice Ferney

    E924EE0B-B4D8-4BBB-A9B9-2DEC129A693C.jpeg

    Dans le bruissement d’une conversation amoureuse qui les reflète toutes, un homme et une femme sont livrés à la magie des mots et au dangereux bonheur du secret qu’ils s’inventent.
    Le livre s’ouvre sur un couple de futurs amants qui marchent dans la rue. On ne peut pas renoncer à un nouvel amour même si la pureté d’un lien conjugal sans mensonge est désirable. Mais pour Pauline Arnoult, face au charmant Gilles André, comment savoir, au moment de s’élancer, si l’on paraphe un serment ou une bagatelle ?
    Tandis qu’ils bavardent, la narration relate un repas entre amis où Pauline et Gilles seront absents. Un amour fleurit souvent dans le terreau d’un désespoir. Nul n’échappe à ce qui blesse. L’imbroglio des cœurs et des êtres est un sort commun. Dans la conversation amoureuse, chaque mot devient un collier de mots et les gens qu’on aime sont aussi ceux qui nous torturent. Pauline, mariée, porte en elle la trace lumineuse d’un homme en plus. C’est une émanation de secret. Le sentiment de vivre une rencontre affirme sa grâce naturelle. Au fil des pages, ce jeu du viril et du féminin, leurs feintes, leurs doutes et leurs émois, leurs masques et leurs secrets, le sentiment de renaissance, ce tressaillement, l’emballement de la vie ordinaire. Alice Ferney décrit ce vertige, cette griserie capable de vous refaire cent fois la partie.

     

    Ce livre confie la présence qu’un homme peut prendre dans une vie, celle dont il faut souffrir l’absence et l’intermittence. Ce sont les mots qu’un homme prononce et qui restent suspendus quelque part en elle. C’est l’histoire d’un homme qui mange sa vie parce que les mensonges sont des petits voyages dans l’au-delà de l’amour.

  • Des âmes simples de Pierre Adrian

    1779C1FD-7433-4870-9571-58253280AED3.jpeg

    " Les caméras dispersent le bruit du monde...Elles n'aiment pas la lumière parce qu'elles ne la connaissent pas. Le monde veut ce qui brille, et la lumière vraie ne brille pas. Dans la vallée,  du moins, on ne la voit pas. Il faut s'arrêter,  prendre le temps de chercher.  Mais ici, on ne fait que passer. Une vallée est un passage. On fait étape.  On ne s'y arrête pas. Et pourtant...cette lumière. "

     

    J'ai une fascination pour les textes qui évoquent le repli, loin des figurines des réseaux sociaux. Ce livre m'a emmené au creux de la vallée d'Aspe  là où la terre s'apprend d'abord par ses douleurs. On suit les deux hommes. Pierre Adrian sur les pas du père Pierre, près des vies minuscules,  à l'ecoute de ce guide de l'intérieur.  Comment sont les âmes au creux de la vallée? Un texte qui murmure la foi en l'humanité. 

    Des âmes simples de Pierre Adrian.

  • Nos Éclats de miroir de Florence Hinckel, Nathan

    4F5612E8-562D-4540-BB42-736AF4C9C96C.jpeg

    " Écrire,  c'est tricoter avec les laines des pensées : formes, couleurs,  fils, sensations,  idées abstraites.  Les agencer, puis les couvrir d'une couette douillette.  Ou au contraire,  les trancher avec un sabre."

     

    Cleo a lu le journal d'Anne Franck. Elle décide de poursuivre la correspondance en s'adressant à la fillette juive. Des confidences actuelles d'une adolescente à une autre disparue. Une tonalité très juste sur les difficultés au sortir de l'enfance: une amitié vampire,  une maman fugueuse, un papa très beau et beaucoup de poésie. 

    A la fin du livre, Florence Hinckel fait figurer deux pages de son journal intime comme une jolie mise en abîme. 

    227ED6A2-CA17-4064-9A76-2FCBCC0894EC.jpeg

    Un livre pertinent qui offre beaucoup de possibilités de production d'écrits avec les enfants.

    30FDE5E8-0D25-411C-9282-82464B0C967B.jpeg

     

  • Ce soir je le fais, ce soir je le quitte de Cathy Ytak, Rouergue, collection doado.

    D3B57C9D-AE5D-4C6C-898E-219F4AA3904D.jpeg

    Un texte à deux voix qui se rencontrent,  se confrontent,  se superposent.  Celle de Simon le soir d'une première fois. Cette expérience tant attendue, espérée,  sublimée. On se donne l'apparence d'une confiance toute masculine.  Le sexe fort ne doit pas faiblir. On prendra un peu d'alcool pour se donner la gniaque. A se voiler la face, on la perd totalement.  On perd aussi son érection. On ne sait plus qui on aime, qui on désire : un autre sexe?Ce texte crie en filigrane " les filles, les filles, c'est pas facile d'être un homme aussi". En écho la voix d'Emma. Elle est aimée de Loïc. Il la nomme son bébé.  Mais à l'ère de  l'amour 2.0, les filles ne veulent plus être ce petit être à protéger. Les filles ont des désirs de jeunes femmes non rangées. Les filles aussi savent que " les élans de mon corps ne sont pas ceux de mon coeur ". Ce livre bouscule, il a la force et le tempo d'un slam. Chaque mot cogne joliment,  sans faux semblants. C'est un livre qui percute comme souvent le font les émotions à l'adolescence. C'est court et essentiel comme les nuits fauves, celles qui ponctuent la vie des premières fois.