ChocolaT2

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Inoubliables de Fanny Chartres

 

" Je préfère ce qu'on ressent dans les rêves que ce qu'ils deviennent."

Cette phrase, à chaque passage en librairie, devant le livre de Fanny, je la faisais mienne. J'ai souvent rêvé un livre où les enfants venus d'ailleurs trouveraient toute leur place dans un livre monde. Ces élèves allophones nouvellement arrivés sont un peu les miens au quotidien et je crains toujours qu'on écorche leur prénom " l'abîmer, c'était comme piétiner nos racines. "

Le livre s'ouvre sur un jour de rentrée au Lycée Saint-Exupéry de Créteil. De suite, j'ai pensé à ma première petite classe à l'école Saint-Exupéry de Noeux-les-Mines. Sur les murs, j'avais accroché le poème Liberté de Paul Eluard. C'est le premier texte lu à voix haute par Souliko, l'enfant non souhaité dans les autres classes. Souliko était primo- arrivant, premier cadeau pour un premier poste.
Dans le livre Les Inoubliables, Luca a pris les traits de Souliko. Le matin du premier jour de classe, on se fait beau dans un T1 exigü. Et puis bientôt tous les EANA seront regroupés ensemble dans une même classe nommée UPE2A. Les enfants d'ailleurs forment un bloc, un groupe identitaire. Souvent sans même connaître leur histoire, on les imagine tous à la rue ou à la Goutte d'Or, qu'ils viennent de Bulgarie, de Turquie ou de Corée du Sud.
Luca vient de Roumanie, il est venu en France pour la musique parce que " mon violon et moi avons toujours parlé une seule et même langue ." Le papa de Chavar est ambassadeur de Bulgarie, et tu vois, il habite le 7 ème arrondissement. Tezel, Jae et Marvin sont de véritables invitations au voyage. Leur vie est composée de notes joyeuses et de notes douloureuses. Bientôt en classe, ils travailleront sur le poème de Paul Eluard. A la page 71, j'ai souri et revu les grands yeux noirs de Souliko, quand les maladresses de langage deviennent jeux de mots.

Et puis au fil des pages, j'ai griffonné des notes. La page 24 est très belle lorsque Luca raconte sa Roumanie entre chaque station de métro. Il est ici et ailleurs.
" On a tous une raison de vouloir partir et, une fois arrivé, on comprend que le pays n'est pas seulement un territoire, mais aussi tout ce qu'il contient : des visages, des êtres, des odeurs, une langue, des sons..."

Fanny Chartres raconte joliment les pleins et les déliés de la vie de ceux qui savent que "finalement, être libre, c'est pouvoir partir, puis revenir à tout moment. "

Je suis heureuse que ce soit Fanny qui ait écrit ce livre parce qu'elle nous transmet sa passion pour l'ailleurs et sa richesse culturelle. Les Inoubliables sont truffés de références littéraires, historiques, gustatives et traditionnelles et de jolis mots à partager.

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
LIBERTÉ

Les Inoubliables de Chartres Fanny, École des Loisirs, Médium, collage de Mélanie Rutten avec le beau mărțişor, fine ganse formée de deux fils tressés, l'un blanc et l'autre rouge, auxquels on peut attacher une petite figurine en bois ou en métal qui joue le rôle de porte-bonheur .

Lecture coup de coeur à laquelle j'associe Artan et mes nombreux inoubliables.

Commentaires

  • Un livre qui t'était destiné. Merci pour ton coup de coeur ! ;)

  • Une critique toute en sensibilité et tendresse pour les petits venus d’ailleurs...

  • Vive les coups de coeur de la blogo pour noter tout ça !

Les commentaires sont fermés.