ChocolaT2

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Si l’on me tend l’oreille d’Hélène Vignal, Rouergue

    " Et puis, quand les foires s'achevaient, chacun reprenait sa vie. Les ambulants ambulaient avec au coeur un vague regret de maison, d'âtre, d'enfants endormis; les sédentaires sédentaient en rêvant secrètement à une vie aventureuse et nomade qu'ils n'auraient jamais.

    Partout dans les Trois Provinces, on aimait voir arriver les ambulants autant qu'on était soulagé de les voir repartir, chargés de ce qu'on avait bien voulu leur donner: des mets, de l'argent et des objets troqués.

    Mais ce qu'ils emportaient surtout, c'était les confidences et les secrets qu'ils avaient charge de transformer et de distiller dans les histoires qu'ils racontaient aux quatre points cardinaux. Car ils savaient comme personne tisser mensonge et vérité, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus les démêler. C'est pour ce talent qu'on les aimait, c'est aussi pour tout ce qu'ils savaient qu'on s'en méfiait."

    Ce livre a cette fraternelle capacité à aiguiser les émois et les pensées. Une alchimie bienfaitrice où l'on succombe avec enchantement. Chaque page éloigne les brûlures des préjugés.

    La résistance, encore une fois, ici celle de Grouzna, connaît la répression brutale du prince des Trois Provinces.

    "Il allait sortir ces contrées de l'archaïsme où elles s'étaient enterrées, et passer à la modernité. Tous ces ambulants, ces raconteurs d'histoires saugrenues, ces menteurs patentés qui vivaient dans des conditions misérables allaient s'installer dans de vraies maisons, nouer des relations avec leurs voisins et vivre enfin normalement. Et les sédentaires pourraient enfin disposer des biens et services dont ils avaient besoin, tous les jours de l'année. Il en était persuadé, c'était le début d'un développement historique pour les Trois Provinces. »

    L' insoumission et la liberté revendiquées de Grouzna, celle dont le souffle lance des rubans de vapeur, font trembler les pouvoirs, comme le survol d'un ricochet sur une population insoumise.

    La foulée nomade est une déambulation infinie et si jolie sous la plume d' Hélène Vignal L’écriture est douce et discrète.

    Ce livre est un grand coup de coeur.