Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 mai 2008

L'Elue de Lois Lowry

1111894174.jpgKira est une « mal formée » et elle est rejetée de la société depuis que sa mère est morte. Vandara veut lui voler son Kot (petit terrain sur lequel est bâtie sa cabane) et intente un procès contre elle auprès des seigneurs. Elle gagne le procès car les seigneurs décident de la loger au palais pour qu’elle restaure la magnifique Robe du Chanteur grâce a son don pour la broderie. Dans la chambre voisine, Thomas qui a lui aussi un don pour sculpter le bois, restaure le bâton du Chanteur. Mais au sous-sol, un enfant pleure… Aurait-il lui aussi un don ?…

Ce livre est tout simplement magnifique,je l'ai trouvé en bouquinerie.Il a longtemps dormi dans ma bibliothèque avant que je ne l'ouvre mais ensuite difficile de le reposer.

J'aime beaucoup le thème abordé,celui de la différence dans un style très limpide.L'auteur que je connais peu a beaucoup de talent,la lecture fut très agréable.

Un joli conte philosophique où tout est admirablement brodé:aventure,suspense et gravité.

Je vous le conseille.

Il part en voyage chez Nolwenn...

jeudi, 24 janvier 2008

Smilla et l'amour de la neige de Peter Hoeg

9047ed905773e5d3771e14071e1017d1.jpg"Peu avant Noël, à Copenhague, un garçon groenlandais de six ans se tue en tombant du toit d'un immeuble. Accident, conclut la police. Tel n'est pas l'avis de Smilla Jaspersen. Elle connaît l'enfant. Et, surtout, elle « connaît » la neige : de son enfance à Thulé, elle a gardé une perception et un amour aigus des espaces vierges. En dépit du silence dont certains entourent l'affaire, Smilla décide de conduire sa propre enquête. Le point de départ de ses recherches
Copenhague, son aboutissement : Gela Alta, île de la côte ouest du Groenland, d'où un mystérieux équipage doit partir dans quelques jours, à destination de l'Arctique..."

Ce livre m'a été offert par Lou à l'occasion du swap sacandinave.Sa quatrième de couverture m'avait intriguée lors de mes propres recherches.A la réception du colis,en découvrant ce livre,je me suis posée la question:pourquoi choisir ce livre-là?

J'ai vite trouvé la réponse,je pense,dès les premiers chapitres...J'ai suggéré à ma swappeuse qu'il me plaisait beaucoup de découvrir les us et coutumes des autres pays.Ce roman offre de nombreuses descriptions du Groënland,parle du  rapport entre ce pays et le Danemark,évoque la vie des inuits.C'est un roman très dense,on s'y perd parfois.La mort de l'enfant est racontée de manière elliptique et poétique.

Smilla est un personnage très attachant,une force de la nature.Elle apporte un regard très critique sur les comportements occidentaux au fil de son enquête.Elle évoque les agressions subies par le Grand Nord(base de l'OTAN à Thulé).Beaucoup de personnages mystérieux s'entrecroisent dans cette enquête parfois très difficile à suivre(est-ce mon manque de pratique dans la lecture de polars?).

J'ai particulièrement aimé la crise identitaire de Smilla entre ces deux pays.

J'aurais vivement souhaité voir l'adaptation cinématographique de ce film réalisé par Bille August.

046c24cdabc290b8f9b41c6c479d375d.jpg

 

Merci beaucoup à Lou pour ce bon moment de lecture.

samedi, 05 janvier 2008

Le Livre de Noël de Selma Lagerlöf

Voici une découverte lors de mes recherches pour le swap de littérature scandinavee2f911d771a25946e500ec0283349c06.jpg.

Ce livre est un petit recueil de récits,à la manière "des contes dits à la veillée" où Selma Lagerlöf évoque des petites histoires d'une fillette qui reçoit un livre d'étrennes,on apprend la légende de Sainte Luce,on découvre la nuit de Noël pour les animaux et pourquoi le rouge-gorge est devenu rouge (entre autres).

Le premier récit de la fillette m'a particulièrement touchée.On retrouve la magie de Noël dans les yeux d'une petite fille qui aime les livres.Le livre demeure à ses yeux le plus beau cadeau qui soit (tiens tiens).

J'ai moins aimé la Légende de Luce et les récits empreints de foi religieuse surtout celui de la confrontation entre Jésus et Judas.L'histoire du rouge-gorge est plaisante.

C'est un petit livre très charmant mais qui ne laisse pas un souvenir indélébile,il accompagne parfaitement le temps des fêtes mais il s'oublie sitôt le sapin défait.

jeudi, 06 décembre 2007

Le Mec de la tombe d'à côté de Katarina Mazetti

Je suis encore sous le charme de ce livre rose.La blogosphère en a beaucoup parlé,j'ai franchi le pas après la lecture du billet de Clarabel.Elle proposait cette lecture comme gage de parenthèse agréable et tendre.

C'est l'histoire d'une rencontre impromptue entre deux individus très différents:une citadine cultivée et un fermier rustique.C'est avec un humour caustique que l'auteur nous raconte leurs entrevues.

J'ai aimé cette façon de lire dans les pensées de chacun ,tour à tour, comme une joute verbale où l'espace proposé à chacun sur les pages roses reflète celui de leurs propres aveux dans la vie,c'est très cocasse.

Un beau roman à l'humour décapant et très drôle qui offre réellement un bon moment de lecture,qui se déguste comme de la guimauve.

Naniela ce roman t'attend si toutefois le "rose "des pages ne t'indispose pas trop ;).

83a24ebbd9717f60e18a21245f08c24e.jpg

mercredi, 14 novembre 2007

Un Amour de jeunesse d'Ann Packer

939388dc69ec9bea7a521880d6cbc195.jpg 
Présentation de l'éditeur
Carrie Bell a vécu à Madison (Wisconsin) toute sa vie. D’aussi loin qu’on se souvienne, elle a toujours eu la même meilleure amie, les même bonnes relations avec sa mère, le même petit-ami, Mike, aujourd’hui son fiancé. Elle a 23 ans. Et elle étouffe.
Mais voici que Mike est victime d’un terrible un accident qui le plonge dans le coma. Carrie remet en question les fondements même de sa vie : la personne qu’elle est, son foyer, sa région natale. Lorsque Mike sort du coma, c’est pour apprendre qu’il est tétraplégique. Carrie décide alors de partir pour New York ; cette ville immense lui offre la liberté dont elle rêvait.
Carrie tombe amoureuse de Kilroy, découvre le milieu artiste de Chelsea, se lance avec succès dans la couture. Cette nouvelle vie débordante de passion reste cependant empreinte de remords, et Carrie est hantée par le spectre de ceux qu’elle a abandonnés. Elle retournera à Madison pour affronter enfin le monde dont elle est issue.
Sommes-nous redevables envers ceux que nous aimons, et qui nous aiment ? Est-ce un signe de force ou de faiblesse que de quitter un être en détresse ? Un amour de jeunesse nous rappelle combien la vie est précaire, combien elle peut changer du jour au lendemain, au gré d’un choix ou d’un drame. Au-delà de ces considérations morales, ce livre est un roman magnifique où éclatent à la fois le talent d’écrivain d’Ann Packer et l’énergie vitale de son héroïne.

L'auteur vu par l'éditeur
Lauréate de nombreux prix et distinction littéraires, publiées dans le New Yorker, Ann Packer est l’auteur d’un recueil de nouvelle (Mendocino and Other Stories) très remarqué. Après un démarrage calme, les ventes d’Un amour de jeunesse ont connu une accélération foudroyante liée à sa sélection par un club du livre et son passage à la fameuse émission « Good Morning America ». N°1 sur amazon.com, le livre s’est vendu à 500 000 exemplaires.
56681a21ab1f204ffb205fba590b73ab.jpg
Que dire de ce livre? Il m'a été suggéré par naniela,je l'ai parcouru en quelques jours et j'ai apprécié de suivre les tourments de Carrie.J'avais un peu peur de vite tomber dans le pathos  en raison du thème mais il n'en est rien.
On suit les états d'âme de Carrie,ses interrogations,ses doutes,ses envies ,ses regrets et sa fuite.C'est bien là le thème central du livre:la fuite.
Cette fuite nous interpelle au fil des pages...courage fuyons,l'adage est très à propos dans nos têtes,dans nos propres vies.Cinq cents pages sur la fuite,n'est-ce pas un peu long ? certes je trouve qu'il y a quelques longueurs mais néanmoins le cheminement de cette femme aux prises avec ses interrogations à un moment crucial de sa vie nous entraîne et nous emporte.
La fuite pour mieux se retrouver...la fuite pour mieux se reconstruire...la fuite que je connais tant.Moi-même je m'y adonne...la photo ci -dessus c'est l'hôtel Roma Sacré Coeur dans le 18ème arrondissement.Il m'est arrivé à plusieurs reprises dans ma vie de m'y réfugier seule pour réfléchir ou pour fuir...

dimanche, 04 novembre 2007

La Douce empoisonneuse d'Arto Paasilinna

acd727999b0d56b0a69209611c9e7ca8.gifJe poursuis ma découverte des auteurs scandinaves,depuis quelques temps déjà je souhaitais lire du Paasilinna devant l'unanimité des bonnes critiques à son sujet.

Voilà qui est chose faite.

Dans ce livre La Douce empoisonneuse,Arto Paasilinna nous raconte les misères d'une petite vieille,la colonelle Ravaska face à son neveu  et ses acolytes qui ont décidé de la malmener pour obtenir ses biens.

Le thème au premier abord ne m'incitait guère à me plonger dans le récit de cette mésaventure ,et puis au fil des pages ,on découvre une belle satire de la société teintée d'humour,des renversements de situation .

On suit le parcours de cette vieille dame en se questionnant sur ce qui va lui arriver,comment va-t-elle se débrouiller une fois de plus pour échapper et déjouer les  pièges tendus par son neveu?...

C'est un petit roman truculent,très agréable à lire...

Que me conseillez-vous pour poursuivre ma découverte de cet auteur?

vendredi, 26 octobre 2007

L'Elfe de la rose d'Andersen

 

0948535391bc50266122469ebd4cb3f6.jpg

Dans les jardins enchantés d'Andersen,les fleurs et les animaux parlent aux enfants,fées,elfes et lutins essaient de vivre en harmonie.

Mais derrière l'aimable façade du conte de fées se dissimule souvent une satire mordante de la société et de ses travers.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture,retrouver cette poésie et la fantaisie d'Andersen.

Je vais poursuivre ,je pense,et redécouvrir l'univers merveilleux des contes de notre enfance avec un regard d'adulte amusé et enchanté.

C'est agréable de lire ce livre en ces jours de fête des citrouilles et autres créatures fantastiques...

7b131226b6362b6cd2cedb876922bc3a.jpg

La Maison des célibataires de Jorn Riel

Quatrième de couverture

6dbb741fb4865c76774f5bc406e556f7.jpgLes copains d'abord...Telle pourrait être la devise de ces cinq célibataires qui ont élu domicile dans une maison abandonnée.Mais ces bons à rien pourront-ils toujours vivre ainsi,de bière,d'amitié et de l'air du temps?

Préoccupé de leurs vieux jours,l'un d'eux a une idée lumineuse:il va épouser la plus célèbre veuve de la région,une marâtre aussi réputée pour ses redoutables colères que pour son riche troupeau de moutons.Mais les amis du jeune fiancé ne l'entendent pas ainsi,et pour le sauver du mariage ,ils vont devoir doubler d'ingéniosité...

Je souhaitais découvrir un peu la littérature scandinave dans la perspective du swap des bloggueuses,mais il me fallait un court texte aussi j'ai choisi ce premier livre de J Riel...tout semble résumé dans la quatrième de couverture,c'est divertissant,bien écrit mais léger...

Une petite parenthèse agréable pour se changer les idées en somme.

dimanche, 14 octobre 2007

Jonathan Safran Foer

Extrêmement fort et incroyablement prêtb79872793572b2577efe3700a8f25338.jpg

Présentation de l'éditeur
Oskar Schell est inventeur, entomologiste, épistolier, francophile, pacifiste, consultant en informatique, végétalien, origamiste, percussionniste, astronome, collectionneur de pierres semi-précieuses, de papillons morts de mort naturelle, de cactées miniatures et de souvenirs des Beatles. Il a neuf ans. Un an après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, Oskar trouve une clé. Persuadé qu'elle résoudra le mystère de la disparition de son père, il part à la recherche de la serrure qui lui correspond. Sa quête le mènera aux quatre coins de New York, à la rencontre d'inconnus qui lui révéleront l'histoire de sa famille. Après le choc de Tout est illuminé, cet étonnant objet littéraire et typographique explore à nouveau, mais sur un autre registre, les chemins d'une mémoire à jamais perdue. Quand tout a été oublié, il ne reste plus qu'à inventer.

Biographie de l'auteur
Né en 1977 à Washington, D.C., Jonathan Safran Foer fait des études de lettres à Princeton. En 1999, il part en Ukraine pour y retracer la vie de son grand-père. De ce voyage résulte son premier roman, Tout est illuminé (Editions de l'Olivier, 2003), qui devient un événement littéraire international. Couronné de nombreux prix et encensé par la critique, Tout est illuminé est adapté au cinéma par Liev Schreiber avec Elijah Wood dans le rôle principal. Foer est aussi l'auteur de textes parus dans The Paris Review, The New Yorker ou The New York Times. Il vit à Brooklyn avec sa femme et leur fils.
J'avais souvent pris entre mes mains ce livre l'hiver dernier,la presse était quasi unanime à son sujet.J'étais donc très curieuse dès sa sortie en poche...Ce livre est réellement un OVNI alliant tour à tour textes et images,il nous fait pénétrer dans l'univers d'Oscar,jeune gamin au lendemain des évènements du 11 Septembre,avec des flash-backs sur l'histoire de son père et l'enfance de ce dernier,une quête mystérieuse qui nous délivrera la richesse intellectuelle et émotionnelle de cette famille...J'ai beaucoup aimé ce livre tant il est original...un auteur surprenant .

lundi, 27 août 2007

La souris bleue de Kate Atkinson

80361376f718d8b6ced0195e123a19b5.jpgUn détective privé enquête à Cambridge sur des affaires criminelles dont le mystère n'a jamais été éclairci. Il doit remonter à des événements antérieurs, souvent très lointains, pour suivre les traces de la mystérieuse " souris bleue ". Les intrigues sont situées dans des milieux sociaux très divers, allant de la classe ouvrière à la gentry. Les drames les plus poignants alternent avec les épisodes désopilants. On retrouve le regard caustique de Kate Atkinson sur notre monde moderne, la télévision et la " néfaste-food " entre autres. Anticipations et retours en arrière tiennent le lecteur en haleine. Les maux de notre société, l'amour parental avec ses excès et ses carences sont dépeints avec une étonnante âpreté de ton. " C'est son meilleur livre à ce jour... Un roman policier littéraire d'une extraordinaire complexité, profondément émouvant, qui m'a fait sangloter mais aussi pouffer de rire. C'est le genre de roman qu'on a envie de relire immédiatement après l'avoir fini. "

Ce livre m'a été prêté par Naniela.A la quatrième de couverture,je me suis arrêtée sur les expressions "les maux de notre société","l'amour parental avec ses excès et ses carences" ,"âpreté de ton"...j'ai beaucoup aimé la plume caustique de Kate Atkinson que je découvre avec ce livre,les vies sont commentées en parallèle,les intrigues sont parsemées  deci delà ...C'est un roman policier littéraire qui m'a fait bien rire mais aussi parfois frissonner dans ce qu'il a de plus difficile  à raconter (l'inceste).

C'est vrai que comme bien souvent avec les romans policiers ,j'ai envie de le relire pour mesurer combien l'épilogue  était pressenti entre les pages.Très beau moment de lecture...

vendredi, 24 août 2007

La Nuit de l'oracle de Paul Auster

8ea1c0423d7cf625af37eb2c2ce4e664.jpgAprès un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sidney Orr reprend goût à la vie. Mais il est accablé par l'ampleur de ses dettes et par l'angoisse de ne pas retrouver l'inspiration. Un matin, il découvre une nouvelle papeterie au charme irrésistible. Il entre, attiré par un étrange carnet bleu. Le soir même, dans un état second, Sidney commence à écrire dans ce carnet une captivante histoire qui dépasse vite ses espérances. Sans qu'il devine où elle va le conduire, ni que le réel lui réserve les plus dangereuses surprises... Virtuosité, puissance narrative, défi réciproque de l'improvisation et de la maîtrise : La Nuit de l'oracle précipite le lecteur au cœur des obsessions austériennes, dans un face à face entre fiction et destin. Comme si l'imaginaire n'était rien d'autre que le déroulement du temps avant la mort. Ou pire encore, son origine.

Ce livre m'a été conseillé par Marianne .Je découvre avec ce livre Paul Auster.Je suis vierge d'Auster et je remercie Marianne infiniment pour cette découverte.J'aime découvrir de grands auteurs ...ce livre m'a donné envie de lire tout Auster...

Le thème de La nuit de l'oracle m'a intrigué à la quatrième de couverture et je suis vite rentrée dans cette réflexion austerienne sur les rapports entre les êtres humains mais aussi sur la métaphore de l'écriture.

"Il n'existait aucun lien entre l'imagination et la réalité,aucun rapport de cause à effet entre les mots d'un poème et les évènements de nos vies.L'écrivain pouvait avoir eu cette impression ,mais ce qui lui était arrivé n'était qu'une coïncidence affreuse ,une manifestation de la malchance sous sa forme la plus cruelle et la plus perverse.Nous vivons dans le présent ,mais l'avenir est en nous à tout moment.Peut-être est-ce pour cela qu'on écrit,pas pour rapporter des évènements du passé,mais pour en provoquer dans l'avenir."

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie

88320047cb2c1cca25268d2c184f5e2b.jpgDans la Chine de Mao, savoir lire, c'est déjà faire partie des intellectuels. Et on ne badine pas avec les intellectuels : on les envoie se rééduquer dans les campagnes, travailler dans des rizières ou dans des mines. C'est ce qui est arrivé au narrateur et à son ami Luo, si jeunes et déjà marqués du sceau infamant d'"ennemis du peuple". Pour ne pas sombrer, ils ont heureusement encore quelques histoires, quelques films à se raconter, mais cela fait bien peu. Jusqu'à ce que, par miracle, ils tombent sur un roman de Balzac : petit livre à lire en cachette, tellement dangereux, mais tellement magique, qui changera le cours de leur vie en leur ouvrant la porte de la fille du tailleur, en rendant possible ce qui ne l'aurait jamais été...

Il fallait oser confronter le monde de Balzac et la Chine de Mao : Dai Sijie, réalisateur renommé qui vit en France, a réussi cet improbable pari et on lit avec enthousiasme et frénésie ce premier roman parfaitement maîtrisé. --Karla Manuele

Quatrième de couverture
« Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts: à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... - Quel éblouissement! - Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »

Ce livre m'a été offert à l'occasion d'un swap...c'est un livre que j'ai souvent eu entre mes mains et je ne sais pourquoi ,je ne l'avais jamais lu...Cyberneteek me l'a envoyé et je la remercie infiniment pour ce choix.J'ai aimé l'univers ,le thème et le style littéraire,ce livre est un petit bijou,il nous permet de réfléchir également sur la culture et la liberté d'expression...une richesse  dont on prend soudainement conscience après la lecture de ce livre...

Je me suis interrogée aussi sur ce qui nous relie à un livre,pourquoi l'avoir effleuré depuis si longtemps et n'avoir jamais franchi le pas? comment choisit-on ses livres? (en ce moment c'est bien souvent grâce à la blogosphère,fréquemment par les médias et la presse..)on en a beaucoup parlé de ce livre...mais comme bien souvent Mirontaine préfère laisser passer la tendance  et se donner l'occasion de lire un beau livre après la vague des critiques.Merci Cyber cette fois-ci d'avoir fait ce choix pour moi.

samedi, 16 juin 2007

Une autre noyade...

d113f473dfe580a1a03cfc4c66247436.jpg

 

J'ai refermé ce livre hier soir (sur fond de Cyrano...bravo bravo Monsieur Podalydes) Pluie  de Kirsty Gunn,livre très différent de ses 44 nouvelles ...

L'histoire d'une pré-adolescente qui s'occupe de son petit frère,pendant que papa et maman évoluent dans un milieu festif voire glauque...L'eau est omniprésente...L'auteur nous décrit un été aux journées longues et chaudes...dans la mémoire de cette petite fille Janey...On  craint le pire dans cette masse liquide au détour de chaque page...on a parfois peur,on devine...tout est elliptique dans ce premier roman,tout est suggéré et en devient poétique...

J'ai beaucoup aimé cette petite fille narratrice,la naïveté de cette enfant,sa responsabilité sous-jacente et sa lucidité ponctuelle...c'est un livre singulier...

La tristesse n'est pas déployée ,elle est joliement suggérée de manière étonnante...

Je vous invite à lire ce livre qui pour ma part m'a fait décrocher  du petit écran,alors que tout le talent de Podalydes s'y déployait...

78ef3e558b40ace8c9fbd0071be5ecb3.jpg

mardi, 29 mai 2007

Totto-chan

Une belle découverte...une école comme on en rêverait

Totto Chan la petite fille à la fenêtre

medium_Totto-Chan.jpgTetsuko Kuroyanagi

Simple comme un haïku, belle comme un cerisier en fleurs, pleine d'espérance comme une petite fille de 6 ans, cette histoire vraie offre un regard clairvoyant sur les enfants et l'école.

 Tokyo, début des années 1940. Tetsuko, alias " Totto-chan " mène la vie dure à son institutrice... jusqu'à se faire renvoyer de son école primaire, peu de temps après y être entrée. Ses parents l'inscrivent alors à Tomoe, petite école éprise de liberté où de vieux wagons font office de salles de classe. A Tomoe, l'expérience de la vie est aussi importante que les leçons. Et grâce à son directeur atypique, Totto-chan réapprend à respecter les autres et à se respecter elle-même. Elle prend goût à l'étude, assume ses échecs et gagne en autonomie ; écrit des haïkus, rêve de danser " Le lac des cygnes "... Mais elle comprend aussi ce qu'est le racisme, l'intolérance, et découvre la guerre. En 1945, Tomoe est détruite par les bombardements. Mais en quelques années seulement, cette école pas comme les autres aura déterminé la vie entière de Totto-chan.

L'école de Tomoé est celle dont tout parent rêverait pour son enfant...mirontaine idéaliste?utopiste?...j'y songe en tous les cas...

Pour parfaire le plaisir visionner ensuite Le chateau ambulant et tous les Myazaki!!! 

5a6df719453de1cae44064b1853454d7.jpg